L'astronomie

Contrôle des aéronefs sans pilote

Contrôle des aéronefs sans pilote

Depuis le lancement du premier satellite dans l'espace jusqu'à aujourd'hui, les systèmes de communication ont été perfectionnés. Le contrôle des aéronefs sans pilote en est une preuve évidente. À l'heure actuelle, ces systèmes ne sont pas seulement utilisés pour contrôler des satellites artificiels, mais aussi pour des avions d'espionnage et d'attaque tels que les drones.

Un VANT ou Drone, un avion qui vole sans équipage humain à bord, est également connu sous le nom de UAV par acronyme en anglais (Unmanned Aerial Vehicle), ou système aérien sans pilote, UAS (Unmanned Aerial System).

Les avions sans pilote disposent de plusieurs caméras vidéo multiplexées afin de transmettre les images reçues au poste de contrôle au sol. Ces signaux sont captés par une antenne orientée dans le sens de la position de l'avion. À cette fin, un système de suivi automatique est utilisé qui redirige automatiquement l'antenne, bien qu'un opérateur doive toujours être à un ordinateur pour orienter manuellement l'antenne si nécessaire.

Pour commander et suivre l'avion, la base au sol reçoit des informations de positionnement du GPS (Global Positioning System) ou du SPG (Global Positioning System) à bord de l'UAV. Le système automatique utilise ces informations pour calculer les angles et l'élévation nécessaires pour pointer vers le véhicule, en utilisant un système de servomoteur orientant l'antenne pour pouvoir recevoir les données provenant du véhicule et la contrôler en même temps.

Les engins spatiaux sans pilote ou robotisés sont ceux qui n'ont pas d'humains à bord et sont généralement sous contrôle télérobotique (Remote Robot Control). Un cas typique d'entre eux sont les sondes spatiales. De nombreuses missions spatiales sont plus appropriées pour la télérobie que pour les opérations habitées en raison de leur coût et de leur risque. Les destinations planétaires telles que Vénus ou Jupiter sont trop hostiles à la survie humaine et les planètes telles que Saturne, Uranus et Neptune sont trop éloignées pour les atteindre avec la technologie actuelle de vol spatial habité, donc les sondes télérobotiques sont le seul moyen de les explorer.

De nombreux satellites artificiels sont des engins spatiaux robotiques, tout comme de nombreux atterrisseurs et rovers, tous sont contrôlés à partir d'une base sur Terre.

Voyager 1, plus de 40 ans dans l'espace et communique toujours avec la Terre.

Les systèmes de communication Terre-espace ont permis à des navires tels que Voyager 1, lancé le 5 septembre 1977 depuis Cap Canaveral, de rester opérationnels aujourd'hui. La première sonde à atteindre l'espace interstellaire a été la première et continue d'envoyer des photos et des données qu'elle recueille sur son chemin, bien que son système de communication soit beaucoup plus primitif que les actuels.

Un autre fait curieux se réfère à la façon dont les communications et le contrôle des navires entre Mars et la Terre. Le Curiosity communique avec la base au sol par le biais de trois antennes de communication principales situées à l'arrière qui servent à nous envoyer et recevoir des données directement et à communiquer avec les véhicules Mars Odyssey et Mars Reconnaissance qui sont en orbite autour de la planète Mars. .

L'une des antennes Curiosity fonctionne dans la bande UHF 400 MHz, utilisée uniquement à courte portée et sert à établir des liaisons avec des véhicules orbitaux. Les deux autres antennes sont à longue portée et communiquent directement avec les antennes du Deep Space Network (DSN), un réseau international d'antennes situées à travers le monde qui assurent des liaisons de communication entre les scientifiques et les différentes missions spatiales du Atterrir afin de maintenir un système de contrôle plus efficace.

◄ Précédent
Communication espace-Terre