Astronomie

Existe-t-il une page Web qui montre le ciel nocturne mais peut filtrer les étoiles faibles ?

Existe-t-il une page Web qui montre le ciel nocturne mais peut filtrer les étoiles faibles ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Cette page Web est très utile pour observer le ciel nocturne et apprendre les noms des étoiles Heure et date - Astronomie

Cependant, il montre trop d'étoiles. Comme j'habite en ville, je ne vois qu'une cinquantaine d'étoiles. Si je pouvais filtrer toutes les étoiles faibles, cela m'aiderait à me concentrer uniquement sur les 50 étoiles les plus brillantes. Si je veux apprendre le nom des étoiles et comment les identifier, je dois commencer par la plus brillante. Oui, vous pouvez faire défiler l'étoile et cela vous dira à quel point elle est brillante, mais cela prend beaucoup de temps.


Je pense que vos exigences peuvent être satisfaites par Stellarium. Il s'agit d'un logiciel de planétarium open source disponible gratuitement pour PC et pouvant être utilisé hors ligne.

Il existe également une version Web, que vous pouvez essayer ici.

Vous pouvez filtrer les étoiles par niveau de pollution, comme illustré dans le wiki Stellarium.

Voici une réponse Astronomy Stackexchange sur la correspondance de la magnitude des étoiles à ce qui est visible depuis des villes spécifiques.


Utilisez peut-être une application téléphonique au lieu d'une page Web. Lordparthurnaax et moi recommandons tous les deux skEye, vous pouvez faire varier la luminosité. Un téléphone pivotera et cartographiera le ciel vers lequel il est dirigé. J'ai appris toutes les constellations et les étoiles majeures. Recherchez l'astronomie sur votre app store. Voici les résultats de recherche pour Google Play Store.


Rendez les flous faibles un peu plus flous mais beaucoup moins flous.

Aussi utiles que puissent être les filtres de couleur pour l'observation lunaire et planétaire, ils ne sont d'aucune aide pour l'observation des nébuleuses. Les nébuleuses sont si sombres que seules les plus brillantes d'entre elles montrent même un soupçon de couleur, donc la seule chose qu'un filtre de couleur standard fait est de les assombrir davantage.

Ne serait-ce pas bien s'il y avait des filtres qui laissent passer sélectivement la lumière émise par les nébuleuses tout en stoppant la pollution lumineuse et autres "mauvaises" lumières ? En l'occurrence, une telle filtres de nébuleuse existe. Comme tout filtre, les filtres nébuleuses ne peuvent rien ajouter qu'ils ne peuvent qu'enlever. Mais, en éliminant sélectivement la lumière indésirable tout en laissant passer la quasi-totalité de la lumière émise par les nébuleuses, les filtres pour nébuleuses améliorent le niveau de contraste et de détail visible dans les nébuleuses, même à partir d'un site de ciel sombre.

Pour une discussion approfondie des aspects techniques des filtres nébuleuses, lisez Choisir un filtre nébuleuse par Greg A. Perry, Ph.D. (http://members.cox.net/greg-perry/filters.html).


Avertissement

Avant de plonger dans les détails de ce projet, je dois ajouter un avertissement rapide. Je ne suis ni un photographe ni un spécialiste de la vision par ordinateur, et mon approche pour résoudre ce problème peut parfois être maladroite. Mais je voulais jouer avec la vision par ordinateur depuis un moment maintenant, et c'était un projet parallèle rafraîchissant sur lequel travailler. À cette fin, la plupart du code a été écrit à partir de zéro, car je voulais éviter les grosses dépendances comme OpenCV - ce n'est pas vraiment une expérience d'apprentissage sinon. Si vous avez des suggestions ou des corrections à apporter, n'hésitez pas à me contacter.

Il convient également de mentionner que ces choses ne sont pas nouvelles. Il existe déjà des logiciels qui peuvent améliorer vos photos d'étoiles pour vous (pixinsight, DeepSkyStacker, AstroArt, pour n'en nommer que quelques-uns). Le problème que j'ai trouvé avec ceux-ci est qu'ils sont soit assez chers, soit de qualité inférieure lorsqu'il s'agit d'aligner les images. Il est possible que ceux-ci aient simplement besoin de plus de prétraitement manuel et de sélection des bons paramètres avant de produire de meilleurs résultats, mais ce n'est pas satisfaisant : mon objectif était d'avoir un logiciel qui n'aura besoin d'aucun ajustement de l'utilisateur ou d'une configuration compliquée pour fonctionner. Après tout, quel est le plaisir d'avoir un programme qui fait le travail à votre place alors que vous devez passer autant de temps à le configurer !


Photographie de ciel nocturne sans miroir, Voie lactée et Perséides

J'avais l'intention d'écrire un article sur la façon dont je fais mes photographies du ciel nocturne depuis un certain temps maintenant. Avec les Perséides se déplaçant sur notre orbite, cela semble être une bonne occasion d'écrire sur la façon de les photographier, si le temps le permet, bien sûr. J'écris ceci du point de vue de l'utilisation d'un système d'appareil photo sans miroir comme les Olympus OM-D, mais la plupart de cela s'applique également aux reflex numériques. Les deux systèmes présentent des avantages, mais ce que j'aime le plus dans le système sans miroir, c'est la connexion étroite que vous avez avec le capteur via l'écran LCD et le viseur. Des fonctionnalités telles que Live Boost et un grossissement facile vous permettent de vous concentrer facilement et d'obtenir un aperçu de la scène que vous filmez, même dans des environnements très sombres.

Étape 1 – Choisissez votre emplacement

La photographie de la Voie lactée et du ciel nocturne bénéficie d'une bonne vue du ciel. Cela signifie minimiser au maximum votre pollution lumineuse. Cela dit, vous pouvez toujours obtenir une image étonnamment bonne de votre appareil photo, même dans les villes lumineuses, si vous savez comment tirer le meilleur parti de votre appareil photo. Si vous êtes dans une ville, essayez de trouver un endroit offrant une vue dégagée sur le ciel avec un minimum de lumières sur votre chemin. À Toronto, je vais à la plage et je file au-dessus du lac et je peux avoir une vue raisonnablement dégagée sur la Voie lactée. Pourtant, il n'y a pas grand-chose que vous puissiez faire à propos de la lumière luminescente, donc plus vous êtes éloigné de la pollution lumineuse, mieux c'est.

Étape 2 – Configuration de la caméra

Matériel important : un trépied et un câble de déclencheur. Le trépied devrait être évident, mais le câble de déclenchement est un bon complément supplémentaire. Il éloigne vos mains de l'appareil photo pour que vous ne le secouiez pas. Les vibrations apparaissent longtemps après que votre main ait quitté l'appareil photo et gâchent une image. Certains câbles de déclencheur ont également des paramètres d'intervallomètre si vous souhaitez faire de longues expositions ou des expositions chronométrées, alors voyez ce qui est disponible et obtenez-en un que vous aimez.

Le mien a juste un bouton dessus.

Si votre appareil photo a des banques de paramètres, et je sais que c'est le cas, vous devriez le rechercher dans votre manuel, ce serait une bonne idée de faire un réglage personnalisé juste pour la prise de vue du ciel nocturne. Sur mon Oly, j'ai une banque de réglages dédiée à cela donc je n'ai pas à trop tripoter dans un champ sombre. Mes paramètres ressemblent à ceci :

  • Exposition manuelle (M sur le cadran)
  • ISO3200
  • Vitesse d'obturation : 25-40s (selon la sélection de l'objectif)
  • Ouverture: f1.8 ou quel que soit le réglage le plus large que j'ai sur mon objectif choisi
  • Stabilisation de l'image : désactivée (je serai sur un trépied, donc je n'ai pas besoin de la chaleur supplémentaire et de la décharge de la batterie d'un gyroscope)
  • Mise au point manuelle
  • Réduction du bruit : activée ou automatique
  • Filtre anti-bruit : faible ou standard

Ce sont les bases. Vous pouvez trouver d'autres réglages utiles sur votre appareil photo particulier, mais ce sont un bon point de départ.

Étape 3 – Sélection de l'objectif

J'ai quelques options pour les objectifs, mais sur mon appareil photo Micro Four Thirds, ce sont mes préférés, avec des vitesses d'obturation appropriées entre parenthèses :

  • Fisheye 8 mm à f1.8, (40sec)
  • 12 mm à f2.0, (25-30s)
  • 17 mm à f0.95, (20s)
  • 45 mm à f1.8, (8s)

Ces temps d'exposition représentent le plus long temps que je puisse laisser l'obturateur ouvert sans introduire de mouvement dans les étoiles à partir de la rotation de la Terre. Il se trouve que les temps les plus longs (30-40 s) coïncident avec l'exposition optimale de mon capteur à ISO3200, de sorte que les objectifs fisheye et 12 mm sont dans une sorte de zone idéale.

Si vous avez un capteur APS-C ou plein format, vos distances focales sembleront 1,5 à 2 fois plus grandes que mes chiffres. Il s'avère que vos temps d'exposition seront à peu près équivalents, en fonction de la résolution de votre capteur. Il existe une calculatrice en ligne pour vous permettre de déterminer l'exposition la plus longue que vous pouvez utiliser sans introduire de traînées d'étoiles pour votre combo objectif/capteur.

Startrails

Ce qui précède est idéal si vous souhaitez prendre une seule photo d'un ciel statique, gelant les étoiles et les planètes telles qu'elles sont en moins d'une minute. Et si vous vouliez prendre une exposition plus longue et capturer le ciel sur une longue période de temps ? Vous avez plusieurs options.

Option 1: Mode ampoule. Le mode ampoule ouvre votre obturateur et le laisse ouvert jusqu'à ce que vous relâchiez l'interrupteur. Pas idéal, car vous exposez continuellement l'ensemble du cadre. Finalement, la réciprocité l'emportera et votre image sera alors surexposée. Vous pouvez réduire votre ouverture et vous acheter quelques minutes de plus, mais même aux plus petits diamètres, vous serez limité à 15 minutes environ. Et cela signifiera le bruit du capteur.

Option 2: Prise de vue en continu. C'est comme ci-dessus, configurer votre appareil photo pour une seule prise de vue longue, mais vous allez configurer votre appareil photo pour effectuer une prise de vue en continu. Généralement appelé “drive mode” ou similaire. De cette façon, vous pouvez produire une centaine d'images ou plus dans un seul cadre et les combiner plus tard dans Photoshop ou l'un des autres packages d'empilement d'étoiles disponibles sur votre ordinateur.

Une chose que vous devrez prendre en compte est de savoir si votre appareil photo est réglé ou non pour réduire le bruit en exposition longue. Il s'agit généralement d'une deuxième exposition prise avec l'obturateur fermé et produit un cadre noir contenant uniquement le bruit du capteur, utilisé pour réduire le bruit dans l'image d'origine (soustraction du cadre sombre). Vous souhaiterez désactiver cette option car elle introduira des lacunes dans votre exposition. J'ai trouvé préférable de limiter ma vitesse d'obturation à environ 8 secondes lors de la prise de vue de cette façon, car l'appareil photo n'a pas à travailler aussi dur. Vous n'obtiendrez pas autant de lumière, mais vous devriez obtenir un sentier sans couture.

option 3 : Les appareils photo Olympus ont ce qu'on appelle le mode Live Composite et c'est génial pour ce genre de chose. Vous prenez une exposition comme arrière-plan ou image de départ. Les images suivantes sont prises et seules les différences sont ajoutées. Cela rend très simple de faire des choses comme des traînées d'étoiles et des astuces d'éclairage créatives comme le light painting, etc.

La lumière de l'obscurité et l'obscurité de la lumière, exposez vers la droite

Alors, comment capturez-vous des étoiles sombres depuis un endroit lumineux ? Comme d'habitude quand il s'agit de photographie, il y a une astuce. L'objectif de l'astrophotographie est d'obtenir autant de lumière sur votre capteur avant qu'il n'éteigne les hautes lumières. Il s'avère que les étoiles ne sont pas beaucoup plus lumineuses que l'arrière-plan pour votre capteur, ce qui signifie qu'il faut laisser l'obturateur ouvert le plus longtemps possible. Cela donne à votre appareil photo le maximum d'informations utiles avec lesquelles travailler. ISO3200 se trouve être le plus grand ISO utilisable sur les appareils photo Olympus et Micro Four Thirds avant que le capteur ne passe en mode boost (oui, je sais qu'il ne le dit pas à l'écran, mais croyez-moi), il a donc les meilleures caractéristiques de bruit pour les poses longues.

Encore une fois, il se trouve qu'avec mes 8 mm f1.8 et 12 mm f2.0, ces temps d'exposition magiques de 30 à 40 secondes poussent mon EV jusqu'à +3.0 sans écrêtage. Dans des conditions de prise de vue normales, ce serait horriblement surexposé, mais pour le ciel nocturne, c'est parfait. Ne vous inquiétez pas si votre aperçu a l'air d'être délavé, tant que vous n'avez pas de clignotements de surbrillance, vous pourrez récupérer la scène en post.

Étape 4 – Post-traitement

Voici un autre sale petit secret. Si vous souhaitez capturer des paysages au sol, laissez votre appareil photo en place et modifiez vos paramètres. Je reviens généralement à ISO1600 ou même 800 et passe en mode bulbe. Je peux prendre une exposition de 5 minutes du sol à 800 ISO et sortir un fichier propre avec quelques détails de couleur. Presque toutes ces scènes étoilées cool sur de jolies vues sont faites de cette façon et re-combinées dans photoshop plus tard. Beaucoup prendront également plusieurs images du ciel et utiliseront la fonction Aligner les calques de Photoshop pour augmenter la puissance de collecte de lumière du capteur. Lorsque vous multipliez ces couches ensemble, la luminosité des étoiles est augmentée par rapport à l'arrière-plan et vous obtenez une meilleure image.

Mais même si vous ne vous donnez pas la peine de prendre plusieurs expositions et de ne travailler qu'à partir d'une seule image, vous pouvez obtenir beaucoup de détails.

En voici un que j'ai pris dans mon jardin à ISO2500 pendant 30s avec mon 12mm.

Et voici à quoi ressemblent mes paramètres dans Lightroom.

Je n'ai eu qu'à baisser l'exposition de -0,30 mais sur certaines des scènes les plus lumineuses, cela pouvait descendre jusqu'à -1,4 ou -2,0 pour assombrir le ciel. Le contraste est généralement compris entre +80-100 et identique avec la clarté. Vous pouvez jouer avec les ombres et les reflets et jouer avec les courbes de tons pour trouver quelque chose que vous aimez, mais ce sont les bases pour transformer votre ciel blanc éclaté en quelque chose qui ressemble à une scène d'étoile.

Les images composées (empilées et multipliées) sont encore plus éclatantes avec ce type de configuration.

Voici un album flickr avec un peu plus de plaisir pour les yeux. Cliquez sur l'image pour y accéder !


Utilité du filtre nébuleuse/ciel profond ?

Les cieux KC ont une magnitude d'environ 4,5 à 5. Un kit de filtre nébuleuse/ciel profond permettrait-il de voir des objets comme le cygne, la lagune ou les nébuleuses nord-américaines à KC, si oui, quels sont les bons filtres ou kits de filtres ?

#2 csa/montana

Gagnant du prix Den Mama & Gold Star

#3 mini-aventures

#4 David Knisely

Si vous n'en achetez qu'un, le filtre UHC est celui qu'il faut acheter, mais n'oubliez pas qu'il (et aucun des autres) vous aidera à lutter contre la pollution lumineuse.

#5 mini-aventures

#6 David Knisely

Les cieux KC ont une magnitude d'environ 4,5 à 5. Un kit de filtre nébuleuse/ciel profond permettrait-il de voir des objets comme le cygne, la lagune ou les nébuleuses nord-américaines à KC, si oui, quels sont les bons filtres ou kits de filtres ?

Ils peuvent vous aider *si* vous pouvez vous adapter correctement à l'obscurité (15 à 30 minutes dans l'obscurité totale), vous utilisez efficacement la vision détournée et vous pouvez vous protéger de tout éclairage local. Ils doivent également être utilisés à des puissances comprises entre 3,5x et 9,9x par pouce d'ouverture. Je recommanderais le filtre Lumicon UHC ou DGM Optics NPB pour de bons filtres de nébuleuse à bande étroite, et le filtre Lumicon Oxygen III (OIII) comme un bon filtre "ligne" compagnon. Ils fonctionnent toujours mieux plus le ciel est sombre, vous voudrez donc toujours observer à partir d'un endroit aussi sombre que possible, même s'il y a de la pollution lumineuse. Pour plus de détails, lisez l'article « Filtres utiles pour la visualisation des objets du ciel profond » ici même sur Cloudynights.com :

#7 margin_walker

C'est une question difficile, j'ai eu ce dilemme il y a quelque temps. J'ai d'abord opté pour un large bande, un filtre avec une large bande de transmission, puis une bande étroite/O-III. Je ne les recommande pas avec de petites ouvertures, mais si vous utilisez votre dob de 10", tout ira bien car vous avez une capacité de collecte de lumière suffisante pour compenser le filtre ! Cela dépend aussi de deux choses. 1) Le le type de pollution lumineuse que vous avez localement et sa gravité, est-ce du sodium à haute ou basse pression, du mercure/halogène ou un mélange des deux ? 2) Que voulez-vous regarder avec le filtre ?

Ces filtres n'éliminent pas la pollution lumineuse, mais ils améliorent le contraste, assombrissent la lumière du ciel en arrière-plan et rendent les choses plus faciles à voir. Les filtres à large bande ne peuvent pas gérer une pollution lumineuse sévère.

Les filtres 0-III rendent certaines nébuleuses en émission incroyables (surtout dans un dob de 10"), mais les étoiles disparaîtront pratiquement lorsqu'elles sont vues à travers le filtre. Cependant, comme la bande passante du filtre O-III est si étroite, cela peut blesser certaines nébuleuses avec une émission H-bêta quelque peu importante, à l'image des nébuleuses autour de Gamma Cygni ou de la Tête de Cheval.

Les filtres UHC Nebula réduisent la luminosité de la plupart des amas d'étoiles, des nébuleuses par réflexion et des galaxies (et ne doivent pas être utilisés pendant l'astrophotographie).

Les différences entre le 0-III et l'UHC concernent principalement la visibilité et le contraste de la nébuleuse. De nombreuses nébuleuses présentent une zone de nébulosité légèrement plus grande dans le filtre UHC, mais dans le filtre O-III, elles auront souvent plus de contraste et de détails sombres. Cependant, le filtre O-III obscurcit vraiment la vue des amas d'étoiles et des galaxies encore plus que les filtres à bande étroite, bien qu'avec un dob de 10 ", vous puissiez trouver le O-III utile pour faire ressortir quelques nébuleuses d'émission dans d'autres galaxies, comme les régions HII de M33.

#8 étoiles du désert

J'utilise un filtre à bande étroite (Ultrablock d'Orion) depuis un peu plus d'un an, en l'achetant d'abord sur la base de nombreuses recommandations. Savoir à l'avance quel type d'objets l'essayer a beaucoup aidé. En effet, cela atténue les étoiles dans un amas et n'est pas du tout utile avec les galaxies. Sur les nébuleuses, cela a été une sorte de révélation. Le premier que j'ai essayé était la nébuleuse de la lagune, et j'ai été étonné de voir à quel point le filtre a fait une différence dans mon jardin modérément pollué. J'ai récupéré le même objet avec l'Ultrablock depuis un site sombre et, eh bien, je ne pense pas avoir jamais complètement surmonté le choc de tout ce qu'il m'a montré. Sur un site sombre, j'observe des objets tels que la lagune avec et sans filtre, car chaque vue a ses propres attributs.

Les résultats varient d'un objet à l'autre et d'une nuit à l'autre, à mesure que les conditions changent. J'ai rarement été déçu. YMMV, comme pour toutes les autres choses.

J'ai aussi un filtre OIII maintenant. Peut-être qu'un jour je vais pouvoir l'essayer.

#9 atan

J'ai lu les différents fils de discussion sur les filtres et je pense avoir une réponse mais j'ai besoin de confirmation avant de prendre une décision finale.

Un bref historique, je possède un Megrez II 80mm FD et je vois exclusivement depuis mon balcon extrêmement pollué par la lumière. Je suis nouveau dans ce domaine, mais j'estime que le ciel nocturne est d'environ 3 à 4 mag. Je ne peux pas m'adapter complètement à l'obscurité à cause des trois lampadaires faisant face à ma direction.

Jusqu'à présent, je viens de regarder la lune et Jupiter, mais j'aimerais un peu plus de variété. J'ai pensé à acheter à la fois un filtre UHC ou O-III mais après avoir lu les discussions sur les filtres qui ont donné:

1. ma petite ouverture
2. incapacité à s'adapter totalement à l'obscurité
3. manque d'oculaires appropriés (16 mm, 8 mm, 4 mm)

que l'achat de filtres de lumière à bande étroite tels que l'UHC ou l'O-III serait un gaspillage de mon argent. Serait-ce une déclaration correcte?


Comment voir les lunes d'Uranus

Uranus a 27 lunes ! Vous vous demandez peut-être si vous pourrez tous les voir. Si vous avez un petit télescope, ce ne sera pas possible. En fait, seules quatre des lunes peuvent être vues avec un télescope de taille moyenne à grande.

Ses lunes Titania et Oberon ont été repérées avec des télescopes qui ont des ouvertures d'environ huit pouces, mais d'autres lunes telles qu'Ariel et Umbriel sont plus difficiles à voir car elles se trouvent plus près de la lumière de la planète, rapporte Sky and Telescope.

Cependant, le site dispose également d'un outil d'observation de la lune d'Uranus que vous pouvez utiliser pour voir si vous souhaitez tenter votre chance en repérant des lunes.


Rapport d'observation NV de mon allée.

Quelle nuit magnifique ce soir. Nuit très claire pour changer. Dans mon allée presque en zone blanche avec un Mod3C portable et un objectif Nikon 85 1.18 pour me donner 3x et en utilisant soit le filtre passe-bande 685 soit le filtre passe-bande HA 3.5. Je cherchais n'importe quel signe de régions M33 HII. Mais pas de chance. Cependant, dans la même région, j'ai vu des clusters ouverts NGC752 et M34. Mais le joyau de la soirée était la Rose NGC7789 de Carolin. À 3x, il était aussi petit et d'apparence similaire à un Glob moyennement faible. Au début, je pensais que c'était une nébuleuse mais je n'en connaissais aucune à cet endroit. Puis j'ai compris ce que c'était. C'était fantastique de voir à si faible puissance. Une boule d'étoiles doucement incandescente. Cygnus était en feu de nébuleuses en émission que nous avons tous appris à aimer et à naviguer avec NV.

Finalement, la lune était montée à 40 degrés avec un halo aux couleurs vives de 22 degrés autour d'elle. Cela m'a surpris parce que je pensais que la transparence était excellente. Ne réalisant pas qu'il y avait une brume de cristaux de glace présente.

Au fur et à mesure que la lune se levait, Cyngus s'estompa un peu mais resta spectaculaire.

Des températures fraîches à environ 66 degrés F ont permis une agréable séance sans moustiques et sans vent.

Au début, je n'avais pas prévu de sortir un télescope et j'ai démissionné et je suis rentré à l'intérieur vers 23h. Ensuite, alors que je tapais ce qui précède, j'ai décidé que la nuit était trop belle pour ne pas sortir le 10F3 avec NV et chasser le M33 et voir à quoi ressemblait NGC 752 à 16x et plus d'ouverture. Eh bien, cela a conduit à bien plus que ce que j'avais prévu.

Je fais donc 3 voyages de trucs jusqu'à l'allée et je m'installe à l'ombre de la lune d'un arbre. J'ai tout de suite trouvé le M110 et ses 2 compagnons avec le 685 long pass et le 55 TV Afocal. Très belle vue mais je ne pouvais distinguer aucune piste de poussière facilement visible sur un site sombre. Cependant, c'était mon point de départ de saut d'étoile. En utilisant SkySafari sur ma tablette Samsung, j'ai sauté sur M33 et oh mon dieu c'était là. Il est beaucoup plus rond que le m101 et plus gros que le noyau du m101 mais sans l'ovale allongé. J'ai essayé le HA 642 7nm et les filtres à bande étroite 3.5 et M33 ont disparu. Donc aucune aide là-bas pour voir les régions HII. Après M33, j'ai sauté sur NGC752 pour voir beaucoup plus d'étoiles qu'à 3x. Il a une belle chaîne d'étoiles brillantes que j'ai vues à la main, mais beaucoup plus d'étoiles plus sombres étaient maintenant en vue.

Ensuite, il y avait un saut à proximité de M34. Sur un cluster ouvert plus gros que NGC752 mais plus compact si je me souviens bien. Maintenant, j'étais proche de persée et à partir de là, il y a beaucoup de vues magnifiques. J'espérais donc aller à Mirfak avec l'intention de se diriger vers le double cluster tout en surveillant tout ce qui est intéressant en cours de route. Le double amas est bien sûr une cible facile, mais c'était amusant de parcourir le chemin des étoiles brillantes de Persues jusqu'à lui. À ce stade, j'ai mis le filtre HA de 7 nm de large et j'ai suivi la chaleur et l'âme et les régions environnantes. La chaleur et l'âme ont chacune rempli mon champ de vision 16x. Ils étaient brillants et plus faciles à voir dans le 7 nm que dans le 3,5. J'ai également vu la région d'émission juste en dessous de l'âme (sh2-202).

De là, j'ai voyagé jusqu'aux étoiles à Cass à la recherche de tous les amas montrés sur SkySafari près d'Epsilon Cas. Le premier était NGC 663, un amas de longerons à 16 x dans le F3 de 10 pouces, mais facilement détectable en tant qu'amas ouvert avec de nombreuses étoiles proches. A partir de là c'était M103 un cluster que j'aime regarder avec mes 16 F5. À 16x, il était visible et très compact. Eh bien, là-bas, je devais aller voir un vieil ami ET. À seulement 2 champs de vision dans le 10F3. Champ de vision de 3 degrés. ET et moi avons salué le bonjour et j'étais en route pour M103 avec un virage vers le cluster ouvert NGC 559 que je n'avais jamais recherché auparavant. Ouais c'était ça. À seulement 1 et 1/2 champs de vision de M103. C'est juste trop facile.

J'ai cherché près de l'écran de SkySafari Nebulae. Hé, il y a un couple à Gamma Cass. Donc scanné dessus. Rien de visible mais une étoile brillante avec la passe longue 685 et je ne m'attendais pas à voir quoi que ce soit. Cependant avec le 642 7nm il y avait quelque chose là-bas. Dim mais certainement une nébuleuse. Je ne pouvais pas séparer les deux ou peut-être n'ai-je pris que le plus brillant des deux. IC59..

SkySafari avec l'émission de la voie lactée activée montre des régions rouges non loin de la base de la chaise de Cass entre Kappa Cas et Beta Cas. J'ai donc laissé le filtre HA 7 nm activé pendant que je scannais dans cette région. Bien sûr, je pouvais voir des taches rondes de choses là-bas et Céphée voisin. En agrandissant l'écran, deux d'entre eux deviennent des superpositions d'images. On ressemble un peu à un hippocampe. Selon The Astrophotography Atlas, l'heure de la mer est SH2-171 et devant elle dans ma vue dob se trouve une région ronde avec des étoiles incrustées appelée Ced 214. Sur le chemin, je suis passé sur un blob rond plus gradateur sh2-170

Avec un travail minutieux, j'ai probablement pu détecter les autres régions SH2 montrées dans l'Atlas mais pas sur SkySafari.

Juste pour le plaisir, j'ai scanné Cas pour voir le Pacman, puis pour finir Carolin's Rose. Maintenant, avec plus de puissance, il apparaît avec plus d'étoiles et ne ressemble plus à une nébuleuse.

Alors que j'étais dans l'allée, j'avais l'impression d'être sur un site sombre comme Okie Tex ou TSP. Tellement de nouvelles merveilles à voir, c'était tellement amusant que je ne voulais pas m'arrêter Mais je savais qu'il était temps de le faire.

Merci encore à Mike Lockwood pour avoir fabriqué mon miroir et m'avoir parlé de NV en premier lieu. Une nouvelle expérience s'est ouverte sur mon allée et j'adore mon petit 10F3.

J'ai enfreint une de mes règles. Ne vous embêtez pas à sortir à la recherche de DSO pendant une pleine lune. Cette règle n'est plus valable chez NV chez moi.


Filtres Question

J'avais une question que je me demandais si l'un ou certains d'entre vous pourraient m'éclairer pour prendre une décision éclairée? Je ne sais pas si j'aurais dû le mettre quelque part dans la section Équipement, mais je n'ai pas vu un bon endroit. Je me suis dit que puisque je suis débutant, ce serait bien de poster ici.

Je commencerai par dire que j'ai des filtres de 1,25 pouces. J'ai LRGB, Ha, OIII et SII. Ce sont les ZWO fournis avec l'ensemble de caméras ASI 1600MM Pro que j'ai acheté pour commencer en octobre/novembre. Je suis conscient du fait que les filtres ZWO ne sont pas les meilleurs, mais suffisent. Mais, j'ai remarqué dans mes appartements Ha que j'ai des ondulations étranges autour de l'extérieur du cadre. On dirait que si mon appartement était de l'eau et que vous y avez laissé tomber une pierre, l'ondulation subséquente de l'eau est essentiellement à quoi ressemble mon appartement. Tout d'abord, est-ce dû au fait qu'il s'agit d'un filtre moins cher ou est-ce que je peux faire quelque chose de mal. Je ne l'ai jamais remarqué avec aucun des six autres filtres et je fais les plats à l'identique entre eux. autre que le temps d'exposition ou augmenter/diminuer l'intensité sur le panneau LED. Comme vous pouvez l'imaginer, cela a eu un effet désagréable sur mes cadres lumineux une fois le calibrage/combinaison effectué.

Je cherche à acheter de meilleurs filtres. Bien que j'aimerais acheter des filtres Astrodon ou Chroma, ils sont tout simplement trop raides pour que je puisse obtenir un ensemble complet. J'ai pensé à peut-être simplement obtenir le Ha car c'est le seul qui cause des problèmes notables. Finalement, je voudrais obtenir un ensemble de filtres de 2 pouces. donc quoi que j'achète maintenant, j'essaie de rester raisonnable. Je regardais Baader et Astronomik. Ils sont à un prix raisonnable et j'ai remarqué que Baader avait des filtres passe-bande ultra étroits. A part Astrodon et Chroma, quelles marques de filtres recommandez-vous ? Quelles expériences avez-vous eues ? Toutes les variables étant les mêmes (météo, vue, etc.), y aurait-il une différence notable entre les ZWO que j'ai maintenant et un Baader. et puis un Astrodon ? Si vous deviez suggérer les Baaders, serait-il préférable d'obtenir le pass ultra-bande étroite ?

Je suis désolé pour le long post. J'apprécie vraiment tous ceux qui ont lu jusqu'ici et j'apprécie particulièrement quiconque prend le temps de répondre et de fournir des commentaires. Merci à tous pour toute l'aide et les conseils que vous m'avez fournis, ainsi qu'à de nombreux autres astronomes amateurs en herbe ! Ciel clair!!

#2 marteaux

Je ne sais pas si cela va aider, mais j'ai fait quelques tests quantitatifs des filtres Zwo vs Astronodon, H-alpha et O(iii).
Il s'agissait principalement de voir l'influence des différentes largeurs de filtres, plutôt que d'une comparaison des fabricants. J'ai fait l'imagerie de plusieurs nébuleuses différentes la même nuit dans exactement les mêmes conditions avec les quatre filtres, puis j'ai analysé les images résultantes en prenant des coupes à travers des caractéristiques spécifiques et en les comparant. Le résultat le plus important est que le bruit de fond est presque directement proportionnel à la largeur de raie du filtre, tandis que l'émission des vrais émetteurs H-alpha est presque inchangée. Ainsi, le résultat net est que vous gagnez beaucoup de temps en allant vers des filtres plus étroits.

Edité par hamers, 01 mai 2021 - 07:18.

#3 l'elfe

Fondamentalement, la question est de savoir quelle est la différence entre un filtre à prix élevé et un filtre à bas prix ou un bon et un mauvais si vous voulez le dire ainsi. La qualité a à voir avec le substrat (le morceau de verre) et la régularité avec laquelle il est poli. S'il n'est pas assez plat, il change les formes des étoiles. Deuxièmement, il s'agit des couches déposées. Certains d'entre eux sont ce qui fait que le filtre fait le travail étant un rouge ou un vert et une bande passante plus large ou plus petite. Certaines couches au-dessus et de l'autre côté sont également des couches antireflet. Le problème avec ceux-ci est que des réflexions se produisent entre le filtre et votre configuration. Chaque configuration est différente. Le filtre peut être proche ou éloigné du capteur, le capteur peut ou non avoir un bon revêtement antireflet, il peut y avoir une lentille d'un aplatisseur ou d'un réducteur près du filtre. Donc, si un utilisateur rencontre d'énormes halos et qu'un autre utilisateur ne le fait pas, cela a à voir avec la configuration et non avec les filtres. Cela rend la recommandation de filtres difficile. Dans la gamme de prix élevée, vous pouvez être sûr que le filtre est bon mais il ne sert à rien de traiter d'éventuelles réflexions au niveau du filtre lorsque vous rencontrez des problèmes ailleurs dans votre configuration. Je ne suis pas un grand fan des appareils photo de type 1600 qui ont un capteur panasonic. Il est connu pour les motifs de forme carrée des microlentilles. Si vous voyez cela dans vos images et que cela vous ennuie, vous devez changer l'appareil photo, pas les filtres. Si vous avez de gros halos, ceux-ci peuvent être causés par des filtres ou par votre télescope. La seule façon de le comprendre est d'échanger des pièces, peut-être d'utiliser un appareil photo et un télescope d'amis avec vos filtres et vice versa.

Ensuite, il y a la conception des filtres. En regardant l'ensemble ZWO RGB, vous constaterez que la ligne O-III est dans le filtre vert mais que le bleu l'exclut. L'ensemble Baader comprend la ligne en bleu et en vert. Cela vous donne une couleur sarcelle et plus de signal. Dans l'ensemble ZWO, votre O-III sera vert. Si jamais je choisis l'imagerie RVB, je préférerai probablement le Baader pour cette raison.

Parler du NB, c'est comme l'a expliqué hamers. Le signal est toujours le même, peu importe si vous utilisez un filtre L clair ou un filtre 3 nm. L'énorme différence réside dans la quantité d'arrière-plan et d'étoiles exclues. Si vous voulez des images où la nébuleuse est la caractéristique principale et les étoiles sont très petites, vous devez opter pour un filtre plus petit. D'un autre côté, vous constaterez qu'il manque de nombreuses étoiles sombres. Si vous voulez autant d'étoiles que possible, vous devez les ajouter à partir de données à large bande et il ne sert à rien de gaspiller des tonnes d'argent sur un filtre étroit. Par rapport à la couleur, tout filtre NB réduit considérablement l'arrière-plan. Ce n'est que si vous chassez le plus faible de tous les objets et si vous avez un bruit thermique bien contrôlé que vous pourriez voir une différence en arrière-plan. Pour les images couleur boostées par Ha, vous rencontrez des problèmes si vous utilisez simplement les données Ha comme L parce que le diamètre de l'étoile est beaucoup trop petit. D'affreux halos vert foncé apparaissent sur les étoiles d'une nébuleuse. Ici, vous devez donc décider du type d'image que vous souhaitez produire et choisir les filtres en conséquence. Pour des images HSO ou HOO en fausses couleurs presque sans étoiles, choisissez un petit filtre. Pour le haut débit amplifié par Ha, un plus large convient. Si vous souhaitez obtenir une image d'un centre-ville avec d'énormes filtres étroits de pollution lumineuse et de fausses couleurs, c'est la seule chance que vous avez. Sous un ciel très sombre et lors de l'imagerie d'objets lumineux, même les filtres RVB vous donneront un résultat agréable.

Si vous voulez voir des données du Baader 7nm Ha et 8nm O-III, vous pouvez les télécharger ici :


Relation linéaire du CCD

Mais que faire si je l'expose à 2 secondes? Il devrait recevoir 200 photons et générer 160 électrons. Doubler l'exposition, c'est doubler les électrons. Il s'agit d'une tendance linéaire qui génère des données scientifiques fiables.

Comme tout le reste, cela ne se produit pas réellement dans les puces d'imagerie et ces dispositifs perdent une relation linéaire à un moment donné. C'est la raison pour laquelle on dit toujours aux astroimageurs d'exposer les puces d'imagerie à environ la moitié des niveaux de saturation. Cela représentera environ 30 000 ADU. Nos données doivent donc culminer à cette valeur et pas plus que cela… ou le fait-il ?

Le test de linéarité peut être effectué avec n'importe quelle puce d'imagerie. Vous pouvez également le faire avec votre reflex numérique. Ici, j'ai testé mon appareil photo. L'idée est de commencer une exposition et de continuer à doubler le temps d'exposition avec chaque image suivante. Ensuite, voyez si les valeurs de l'ADU doublent ou non ? et si cette valeur double, à quelle gamme ADU cette tendance se poursuit.


Débutants - qu'avez-vous vu dans le ciel la nuit dernière ? Viens dire bonjour.

Ensuite, j'ai essayé de voir Uranus (haha). Et je pense que je l'ai fait.

There’s not a lot there in that section of the sky, but I could see right about where it should be from my skywatching app. So, using two stars in Aries against two stars way down in Cetus to triangulate (quadrangulate?) its position, I found a not-too-bright bluish star in my finderscope and it did perhaps look a little disc-like (with perhaps some shading to one side) in my main scope’s eyepiece. Was it Uranus? I think probably so, but I couldn’t say I’m 100% certain. FWIW, it did look somehow similar to a blue-ish object I found a few months ago when searching the area for Uranus with binoculars that also had me thinking I’d probably seen it.

I then checked out some other possible suspects that were in my finderscope’ a field of view in that area of the sky, and they all appeared more star-like, or at least I want to think they did

So, what can I say? I think I found it. Anyway, if it was Uranus, it wasn’t terribly impressive in and of itself in my small scope, and I was never going to be able to be certain I wasn’t just looking at a star, so after a while I just moved on.

I guess I’ll have to study a detailed star chart to find out for sure - I was just using a sky watching app that shows stars down to magnitude 6.5 (and it might have been set at Mag 4.5 at the time, now that I think about it), so given the dearth of bright stars nearby, it wasn’t helpful for making a definite ID

Edited by therealdmt, 14 December 2020 - 07:10 AM.

#1027 therealdmt

So onto the main course. M15.

Since I started back in telescoping back in summer with a Galileoscope, and then on through fall with my 100 ED, I’ve been intermittently trying to find/see a globular cluster.

Thing is, I clearly remember that one of the few DSOs I found with the scope I had back in childhood was a globular cluster, and it surely would have been either M15 in Pegasus or M13 in Hercules. Not exactly sure which one it was, but I remember seeing it, you know, a ball of stars, and talking to my parents about it afterwards. I remember being impressed (a ball of ancient stars!) but also simultaneously not so impressed. It was like, okay, it’s kinda cool, but in a way, it’s just a ball of stars. I want to see all the fantastic galaxies and colorful nebulas like in those pictures in National Geographic. This is it? It was a lot of work getting my 4 1/4" reflector on GEM with heavy pedestal mount up out of my basement and set up out on a dark corner of the cold yard, polar aligned and all, finding things, doing my viewing, and then bringing it all back in afterwards by myself if all I was going to be seeing was this. The scope didn’t really get used much after that. Not that it was that disappointing, like I said, it was kinda cool, but I felt I’d found the limits of my scope, and the limit wasn’t worth the hassle to me at the time (I was only about 9 and the scope was as big as I was, lol).

Well, now I’m all growed up and have a much more manageable scope (approximately the same aperature, but a reflector on a lighter alt-az mount w/ tripod) with no basement stairs to deal with, and I’m much more appreciative of the views after decades of naked eye and binoculars-only viewing, so I wanted to see a glob again and find out how I felt about it now.

And find one I finally did. My sky watching app showed M15 off an "arm" of the Great Square of Pegasus and, somewhat to my surprise, I pretty quickly found it. It was off the star Enif going towards Delphinus, right where it should be. Also, it was along one leg of a little triangle of faint stars, which I later confirmed was correct from wide angle photographs of M15 and surrounding area I see online. It was definitely M15. But, it didn’t correspond with my memory. It was much more a "faint fuzzy" than the clear ball of stars I remember. Là a été a graininess to the fuzzy, especially with averted vision, and sometimes I’d get a ghost-like image of the kind of glittering views of it I’ve seen in photos, but looking directly at it, it was overall more of just a faintly glowing smudge.

I dunno - I’m a little disappointed. One thought is, I’d like to try it in darker skies. This really got me noticing my light pollution level - I was out in a field positioned so that various trees blocked distant streetlights. Accordingly, no direct artificial light sources were hitting me at all, and yet I could clearly read the "Sky-Watcher" logo on the side of my scope. I couldn’t quite read the ‘EvoStar 100 ED’ written in much thinner font below that, but I could see there were words there. I could see the label on top of my visual back - heck - I could see pretty much everything around me! It wasn’t "could read read a newspaper" bright, but it was hardly darkness either As another example, I had absolutely no need for my red flashlight - I could see everything I needed to see just fine, including when packing up.

From my yard, the view over by Polaris is completely ruined by a street light, but out here in the fields (The Who), I have a clear streetlight-free view in that direction and. you know what?, I can’t even see the Little Dipper. I can see Polaris and Kotchab, plus one other star by Kotchab, and I can barely detect two others, but there’s no sense at all that there’s a dipper there, and I would never know by casual viewing that I was looking at Polaris and the Little Dipper if I just looked in that direction. The only reason I know it’s the Little Dipper is from my smartphone app.

In comparison, I could very clearly, easily and unmistakably see the Little Dipper from my suburban backyard decades ago. And it wasn’t like I could, say, look up in summer and see the Milky Way - it wasn’t real dark skies at all. But the Little Dipper, no problem. Now, not so much. Sigh. A little frustrating.

Anyway, I got to see M15. I want to see M13 in Hercules next and see how that compares with my memory, especially as that may have been the one I saw back in the day, not my M15 of last weekend. Might have to wait a while for it to get to a more favorable viewing position, though. Well, like I said, I found my glob - that’s nice progress in and of itself. Starting to build up a little catalog of things I’ve found/can find in the sky