Histoire

L'astronomie au XXe siècle (II)

L'astronomie au XXe siècle (II)

Dans des travaux indépendants du début du XXe siècle, Albert Einstein a proposé sa théorie de la relativité générale dans laquelle il s'ensuit que l'univers ne devrait pas être statique, mais qu'il est en expansion, cependant, cela ne coïncidait pas avec ce que l'on croyait vraiment un univers statique, Einstein a ainsi introduit dans sa formule la constante cosmologique pour l'adapter aux théories actuelles.

Vesto Slipher, membre de l'Observatoire Lowell sous les ordres du célèbre Percival Lowell, a été chargé d'étudier le mouvement circulaire des nuages ​​de gaz lors de la formation des étoiles, une théorie défendue par son patron. Il a trouvé en dehors de la rotation de ces nébuleuses un décalage vers le rouge persistant dans ses spectres, cette constatation était due au fait que l'effet Doppler indique que les longueurs d'onde émises par un objet qui s'éloigne de l'observateur, s'allongent en courant vers le rouge dans le spectre étudié. Cependant, Slipher n'a pas trouvé l'explication de sa conclusion.

C'est encore Hubble qui, en mesurant les distances de 25 galaxies, a trouvé une corrélation directe entre leur distance et le degré de décalage ou en d'autres termes la vitesse à laquelle ils s'éloignent. Je venais de découvrir l'expansion de l'Univers.

L'homme qui a uni les conclusions de Slipher, Hubble et Einstein était un prêtre mathématicien nommé Georges Lemaitre, qui en 1927 a publié un article où il a développé la relation du décalage vers le rouge avec un univers en expansion.

Plus tard, lorsque son article a été promulgué parmi la communauté scientifique, on a commencé à penser que si l'univers se développait, tout devait être uni à un point de lumière qu'il appelait singularité ou `` atome primordial '' et son expansion `` Grand bruit ''. Plus tard, l'astronome Fred Hoyle, qui était opposé à cette proposition, l'a qualifiée de "Big Bang". C'est ainsi que la théorie la plus acceptée est actuellement connue comme l'origine de l'univers.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, les progrès de la physique ont fourni de nouveaux types d'instruments astronomiques, dont certains ont été placés sur des satellites qui sont utilisés comme observatoires sur l'orbite de la Terre. Ces instruments sont sensibles à une grande variété de longueurs d'onde de rayonnement, y compris les rayons gamma, les rayons X, les rayons ultraviolets, infrarouges et radio du spectre électromagnétique.

Les astronomes étudient non seulement les planètes, les étoiles et les galaxies, mais aussi les plasmas (gaz ionisés chauds) qui entourent les étoiles doubles, les régions interstellaires qui sont les lieux de naissance de nouvelles étoiles, les grains de poussière froide invisibles dans les régions optiques, les noyaux énergétiques Ils peuvent contenir des trous noirs et un rayonnement de fond micro-ondes, qui peuvent fournir des informations sur les phases initiales de l'histoire de l'Univers.

Aujourd'hui, nous savons que nous vivons dans un système solaire situé à la périphérie de la Voie lactée, composé de milliards de soleils, qui fait partie d'un complexe galactique appelé groupe local, qui, à son tour, est situé dans un superamas. de galaxies distribuées par un univers de plus de 15 milliards d'années-lumière en expansion.

◄ PrécédentSuivant ►
L'astronomie au XXe siècle (I)Internet et astronomie