Histoire

L'astronomie dans l'Égypte ancienne

L'astronomie dans l'Égypte ancienne

Les Égyptiens ont observé que les étoiles font un tour complet en un peu plus de 365 jours. De plus, ce cycle de 365 jours du Soleil s'accorde avec celui des saisons, et avant 2500 av. les Égyptiens utilisaient un calendrier basé sur ce cycle, on suppose donc qu'ils utilisent systématiquement l'observation astronomique depuis le quatrième millénaire.

L'année civile égyptienne comptait 12 mois de 30 jours, plus 5 jours appelés epagómenos. La différence était donc de ¼ jour par rapport à l'année solaire. Ils n'utilisaient pas les années bissextiles: 120 ans plus tard, un mois avancé, de sorte que 1456 ans plus tard, l'année civile et astronomique coïncidait à nouveau.

Le Nil a commencé son ascension plus ou moins au moment où l'étoile Sothis, notre Sirius, (le Sepedet des Egyptiens), après avoir été longtemps invisible sous l'horizon, a pu être revu peu de temps avant le lever du soleil.

Le calendrier égyptien comportait trois saisons de quatre mois chacune:
- Inondation ou Akhet.
- Hiver ou Peret, c'est-à-dire "sortie" des terres hors de l'eau.
- Été ou Shemú, c'est-à-dire "manque d'eau".

L'ouverture de l'année égyptienne s'est produite le premier jour du premier mois du déluge, approximativement lorsque l'étoile syrienne a recommencé à être observée un peu avant le lever du soleil.

Depuis la fin de l'ère égyptienne (144 après J.-C.) se trouvent les papyrus de Carlsberg, où une méthode est collectée pour déterminer les phases de la Lune, à partir de sources très anciennes. Ils établissent un cycle de 309 lune pour tous les 25 ans égyptiens, de sorte que ces 9 125 jours sont organisés en groupes de mois lunaires de 29 et 30 jours. La connaissance de ce cycle a permis aux prêtres égyptiens de placer des fêtes mobiles lunaires sur le calendrier civil.

L'orientation des temples et des pyramides est une autre preuve du type de connaissance astronomique des Égyptiens. Des pyramides comme celle de Gizeh ont été construites, alignées avec l'étoile polaire, avec lesquelles il a été possible de déterminer le début des saisons en utilisant la position de l'ombre de la pyramide. Ils ont également utilisé les étoiles pour guider la navigation.

L'héritage de l'astronomie égyptienne atteint nos jours sous la forme du calendrier. Hérodote, dans ses histoires dit: "les Égyptiens étaient les premiers de tous les hommes qui ont découvert l'année, et ont dit qu'ils l'ont trouvée dans les étoiles."

L'observation perspicace du mouvement stellaire et planétaire a permis aux Égyptiens d'établir deux calendriers, l'un lunaire et l'autre civil. Le calendrier julien et, plus tard, le grégorien - celui que nous utilisons aujourd'hui - ne sont rien d'autre qu'une modification du calendrier civil égyptien.

◄ PrécédentSuivant ►
L'astronomie dans l'Europe ancienneL'astronomie à Babylone